Achetez
Home hero arrow

San Francisco

La ville sur la baie.

La ruée vers l’or fit la fortune de celle que ses habitants surnomment « the City by the Bay ». Un siècle plus tard, la vague des hippies a fermement ancré la réputation de diversité culturelle et de tolérance de la métropole californienne.

Liberté, fraternité

Liberté, fraternité

On cherchera en vain dans le quartier désormais huppé de Haight-Ashbury les communautés hippies de la fin des années 1960, des chansons de Scott McKenzie et Maxime Le Forestier. Mais le vent de tolérance qui souffla sur la ville lors du fameux « Summer of Love » se manifeste toujours dans sa mosaïque ethnique et culturelle, son anticonformisme et son soutien enthousiaste pour les marginaux et les minorités.

Ne comptez pas cependant sur le soleil de Californie du Sud : San Francisco est réputée pour son climat imprévisible qui lui vaut son autre surnom de « Fog City » (la ville du brouillard). Une brume froide envahit souvent la baie, voilant le Golden Gate Bridge : emportez un manteau même en été !

Une ville verte

Une ville verte

Après New York, San Francisco est la ville plus densément peuplée des Etats-Unis, sans être pour autant dominée par les gratte-ciel. Elle s’est fixé un objectif de « zero waste », visant à recycler la totalité de ses déchets d’ici 2020. La législation interdit déjà la vente des petites bouteilles d’eau minérale dans les lieux publics, ainsi que les sacs en plastique. Les restaurants locavores prolifèrent – on y cuisine des ingrédients produits localement. Dans les deux énormes parcs, le Presidio et le Golden Gate Park, on peut pique-niquer, pédaler, faire du skate board, courir ou canoter à volonté. Le second abrite un vaste jardin botanique et le Chinese Tea Garden, merveilleusement dépaysant avec sa pagode flanquée de bonsaïs. En allant escalader la Coit Tower, vous aurez la surprise de découvrir des perroquets sauvage au sommet de Telegraph Hill. Quant aux otaries du Pier 39 de Fisherman’s Wharf, elles cohabitent avec les vieux bateaux, le Musée maritime et les boutiques à touristes.

Promenade au fil des quartiers

Promenade au fil des quartiers

Chaque quartier affiche une personnalité bien tranchée : de Chinatown à Castro (le quartier gay) en passant par les fresques exubérantes et colorées de Mission et les charmantes maisons victoriennes qui bordent Alamo Square, un petit parc haut perché offrant une vue imprenable sur la ville.

Un tour en cable car le long des virages en épingle à cheveux de Lombard Street vous amènera sur Russian Hill pour l’un des plus beaux panoramas du pont du Golden Gate (qui n’est pas doré mais d’un orange rutilant). Pour rejoindre Alcatraz, il vous faudra prendre le ferry. Le fantôme d’Al Capone flotte toujours dans le pénitencier le plus célèbre des États-Unis.

Profitez de votre séjour pour faire du shopping : des jeans Levi’s, dont la ville est le berceau, et tous les gadgets technologiques imaginables, des appareils photo aux tablettes, puisque San Francisco est aux portes de la Silicon Valley.

Budget

Les Américains utilisant moins les pièces que les billets, vous aurez toujours une liasse de dollars dans votre portefeuille.

Le pourboire est une pratique courante dans tous les États-Unis : au restaurant notamment, pensez à ajouter 15 à 20 % à votre addition.

Voici une idée de quelques prix :

Une bière pression – 5,50 €

Un repas dans un restaurant bon marché – 10 €

Un repas dans un restaurant de moyenne gamme – 15 à 20 €

Un cappuccino – 3,80 €

\Un ticket de métro – 2.35 €

Un ticket de cable car – 6.60 €

Commandez des dollars américains en ligne

Vous préférez ne pas vous déplacer avec trop d’argent liquide ? Notre carte prépayée Cash Passport™ permet de retirer des espèces aux distributeurs et de régler vos achats sans frais dans tous les points de vente porteurs du logo MasterCard.

Se déplacer à San Francisco

Les transports urbains

Le MUNI (San Francisco Municipal Railway) gère les transports à l’intérieur de San Francisco : cable car, autobus, trolleybus, métro urbain et tramway historique. Les forfaits de un jour, trois jours et sept jours valables sur tous les types de transports sont particulièrement intéressants. Les billets à l’unité permettent des correspondances gratuites dans un délai de 90 mn à 2h, sauf pour les cable cars. Les autobus et trolleybus offrent le réseau le plus complet. Le métro urbain est pratique et rapide. Le tramway historique emploie de vieux wagons de tramways de l’entre-deux-guerres et circule sur deux lignes. Les cable cars sont indissociables de San Francisco depuis 1873, et classés monuments historiques. Dépourvus de moteur, ils sont tractés sur des rails par des câbles. Ils ne circulent plus que sur trois lignes et sont souvent bondés. L’attente peut être longue aux terminus des lignes.

Pour plus de renseignements sur les réseaux et les tarifs : SFMAT (San Francisco Municipal Transportation Agency).

Les transports interurbains

Ils sont assurés par le BART (Bay Area Rapid Transit), un genre de RER plutôt confortable qui compte cinq lignes desservant une quarantaine de stations dans un rayon de 50 km au sud-ouest et à l'est de la baie. Les billets sont en vente dans les distributeurs automatiques des stations.

Le vélo

Le Bay Area Bike Share, le Vélib’ local, (forfaits pour 24 h ou trois jours), est pour le moment limité au centre-ville.

La voiture

La location de voiture est à déconseiller car il est aussi difficile qu’hors de prix de se garer dans le centre de San Francisco. Dans la rue les restrictions sont innombrables. Mieux vaut bien comprendre l'anglais pour éviter les PV !

Les applis d’Uber et de Lyft vous permettront d’accéder à leurs services de covoiturage et de voitures privées avec chauffeur.

`